COLL - Appel à communication - La poésie contemporaine, les médias et la culture de masse

La poésie contemporaine, les médias et la culture de masse

Colloque international
ELTE, Budapest, 19-21 septembre 2019

Dans la culture occidentale, du Moyen-Âge à nos jours, le public de la poésie contemporaine et son mode de réception ont fluctué. On constate le plus souvent un éloignement entre une écriture poétique novatrice et complexe, et l’ensemble des lecteurs potentiels. Cet écart se produit pour de nombreuses raisons : au XXe siècle, l’une d’entre elles est peut-être l’extériorisation de la mémoire humaine sur divers supports, du livre au numérique, suppléant à la pratique de mémorisation de la poésie.

Si la poésie au tournant du XIXe au XXe siècle a commencé à être perçue comme un art d’apparence difficile, de nombreux poètes contemporains (pour ne citer que Kevin Killian ou Anne Waldman dans le domaine nord-américain) continuent à s’inspirer de la culture de masse et ses médias, pour la détourner ou pour la tisser dans la matière de leurs textes, non sans rapport avec l’assouplissement des règles prosodiques traditionnelles.

L’emploi des technologies nouvelles au cours de la création et de la performance poétiques peut permettre de renouer avec des lecteurs qui ne sont plus uniquement des lecteurs, mais des utilisateurs actifs du monde des écrans. Des productions telles que le vidéo-poème, les appropriations des pratiques du web ou encore le développement de la poésie sur les nouveaux médias (blogs, réseaux sociaux) sont quelques exemples parmi d’autres de la tendance actuelle de la poésie à investir les médias de la culture contemporaine. Parallèlement, les performances poétiques se sont développées comme un corollaire de l’émergence de nouveaux médias comme la bande magnétique dans les années 1950, les systèmes d’amplification de la voix, et, plus récemment, les supports multimédias. Il semble ainsi que les performances poétiques, les lectures de poésie, les films poétiques touchent un public large, qui aspire à « voir » et écouter la poésie, parfois comme alternative au livre.

Le but de ce colloque est d’examiner le dynamisme du rapport de la poésie avec les médias audiovisuels et sociaux dans la société occidentale. On souhaite interroger certains phénomènes caractéristiques de la composition, de la performance et de la consommation de la poésie contemporaine, de l’axe de l’interférence entre parole poétique, sa sonorité et l’image (fixe ou mouvante). On tentera ainsi de répondre aux questions suivantes :

Comment agissent les poètes dans leur rapport à la culture populaire ou la culture de masse ?Comment leur poétique se nourrit-elle de la culture de masse ? Permet-elle d’atteindre un public plus large ? Quelles sont les conditions d’appropriation et de remise en circulation de la culture populaire et de la culture de masse au sein des poétiques contemporaines ?
Comment les performances publiques (poésie sonore, « slam », post-poésie…), productions éphémères d’un monde que rend possible l’enregistrement immédiat et le stockage des « données », changent-elles la poésie ?
En quoi les compositions poétiques enregistrées et créées par des techniques cinématographiques/vidéographiques/numériques et diffusées sur internet modifient la poésie dans sa pratique et dans sa conception ?
Peut-on parler d’une démocratisation ou d’une nouvelle popularisation de la poésie en se référant à son usage ouvert à tout le monde sur les réseaux sociaux ?

Nous attendons des propositions au sujet des formes d’expression poétiques qui exploitent les médias audiovisuels et numériques et l’impact réel de cette ouverture vers un public plus large ou bien vers une complexité intermédiale, difficile à atteindre par la forme du livre imprimé.

Date limite des propositions : le 21 avril 2019.

Les éventuelles questions et les proposition d’au maximum 300 mots accompagnées d’une courte bio-bibliographie (d’au maximum 5 lignes) sont à envoyer aux organisateurs en français ou en anglais à l’adresse e-mail suivante : poemedias2019@gmail.com.

Comité d’organisation :

Levente Seláf (ELTE Budapest), Zsófia Szatmári (ELTE Budapest ; Université Paris 8)


Contemporary poetry, media, mass culture
ELTE, Budapest, 19-21 September 2019
 
In Western culture, from the Middle Ages to nowadays, contemporary poetry’s public and ways of reception have always varied. One can observe often a distanciation between innovative poetry (sometimes deemed “complex”), and the mass of potential readers. There are several reasons for which this distanciation may have happened, during the 20th century, such as the exteriorisation of human memory on various apparatuses, from books to digital supports, it seems replacing the practice of memorizing poetry.
If poetry at the turn of the 19th and 20th century had been particularly perceived as an intellectual, complex and potentially abstract art, many contemporary poets (such as Kevin Killian or Anne Waldman in North American poetries) continue to look for inspiration in mass culture, and divert it or incorporate it in their texts.
Use of new technologies in poetic creation and performance can can result in the reconnection with readers, who are not only readers, but active users of screens. Productions such as videopoems, use of online techniques and knowledge, or even development of poetry on new media (blogs, social networks) to give a few examples of the current trends of poetry making use of the contemporary media. Besides, poetic performance art developed as a corollary to the new media, such as using tape in the 1950s, the sound amplification systems, and more recently, multimedia devices. As a result it seems that poetic performance, poetry readings, poetic films reach a larger public, who may prefer to see and hear poetry, sometimes as an alternative to books.
This conference focuses on the dynamics between poetry and the audiovisual/social media in contemporary western society. We would like to question typical tendencies in contemporary poetic composition, performance and poetry consumption, in the light of intersections between the poetic word, its sonority and (still and moving) images. Papers will seek to address the following questions, among others :
How do poets proceed in their relation to popular or mass culture ? How does mass culture enrich their poetics ? Does it help them to reach a larger audience ? On what conditions popular or mass culture becomes assimilated and then released to common use in contemporary poetics ?
How has poetry been altered by public performances (sound poetry, slam, postpoetry...), and ephemeral productions of a world allowing us to record and stock data ?
How has the conception and practice of poetry been transformed by poetic compositions, recorded and created by cinematographic/videographic/digital techniques, and published on the Internet ?
Can we speak of a democratisation or a renewed popularisation of poetry seen its open use on social networks ?

We are expecting proposals on poetic forms nourished by audiovisual and digital media and which could have an effective impact on a larger public, which would be rich by its use of intermedial techniques, that the book form couldn’t reach.

The conference will be held in English and French, but participants are welcome to present poetries of different languages. General queries and abstracts of no more than 300 words and a bio-bibliography of at maximum 5 lines, in English or in French should be sent to the following e-mail address : poemedias2019@gmail.com

Deadline for applications : 21st April 2019.

Organized by :
Levente Seláf (ELTE Budapest) Zsófia Szatmári (ELTE Budapest ; Université Paris 8)